Vous êtes ici : Accueil Brèves et Informations Nouveaux chiffres officiels de la population

Nouveaux chiffres officiels de la population

Nouveaux chiffres officiels de la population

Les services du Premier ministre et des ministères de l’Intérieur, de l’Économie et des Outre-mer ont publié au Journal officiel du 31 décembre les chiffres officiels de la population – ce que les statisticiens appellent «population légale». Ces chiffres, calculés pour l’année 2011, sont ceux «auxquels il convient de se référer pour l'application des lois et règlements à compter du 1er janvier 2014», précise le décret.

Le décret lui-même ne donne les chiffres que pour le pays tout entier, les régions et les départements. Deux chiffres sont donnés à chaque fois : la «population municipale» et la «population totale». La seconde compte 1,48 million de personnes en plus que la première, tout simplement parce qu’elle comptabilise deux fois les personnes ayant deux résidences.

La population légale est aujourd’hui de 64 933 051 personnes, dont 1,86 million vivent dans les Outre-mer. Le département le plus peuplé reste le Nord et ses 2,57 millions d’habitants, suivi de Paris, du Rhône, des Bouches-du-Rhône et des Hauts-de-Seine. À l’inverse, les champions de la faible démographie restent la Lozère (77 156 habitants) et la Creuse (122 560).

Le département de l'Aude compte 359 967 habitants (consulter les chiffres détaillés).

On notera que les chiffres réactualisés de population de l’ensemble des communes est consultable directement sur le site de l’Insee.

Autres statistiques publiées fin décembre : le nombre d’électeurs inscrits. Selon l’Insee, 44,1 millions de Français étaient inscrits sur les listes électorales en France au 1er mars 2013, auxquels il fallait ajouter 53 000 électeurs de Mayotte. Par rapport à 2012, le nombre d’électeurs, hors Mayotte a diminué de 0,8 % (- 356 000 électeurs).L’Insee avance deux explications à cette baisse du nombre des inscrits : d’une part, les inscriptions prises en compte au 1er mars 2013 ont été près de trois fois moins nombreuses qu'en mars 2012, veille de scrutins aux enjeux importants. D'autre part, en 2013, le nombre d'électeurs réinscrits après avoir changé de domicile a été cinq fois moins important que l'année précédente et les radiations des listes électorales (pour cause de déménagement, décès ou perte du droit de vote) ont fortement progressé.